médecine
BIEN-ETRE

5 RAISONS DE CHERCHER AU-DELA DE LA SCIENCE POUR GUERIR

Et s'il existait une alternative bonne pour votre santé ne provoquant pas d'effets secondaires ?

J’ai longtemps cru que la science était la solution à la maladie, qu’il fallait prendre un médicament pour chaque “bobo”. Qu’il suffisait de prendre rendez-vous chez le médecin, que celui-ci nous donnerait un médicament et que nous repartirions 50 % guerris et soulagés d’avoir notre ordonnance puis, en sortant de la pharmacie, notre Saint-Graal, le petit sachet blanc imprimé d’une croix verte (le sachet a disparu mais le sentiment d’être déjà soigné, non). Le seul effet placebo du médecin lui-même était en marche, la chimie se chargeant du reste.

C’est là notre déconnection totale de nos propres ressentis, à savoir écouter notre corps, nous auto-diagnostiquer et nous soigner. Non, nous avons coupé ce lien et nous laissons emprisonner par un modèle que nous copions à l’infini sans nous poser de questions. Nous avons perdu toute cette science que nos grands ancêtres connaissaient si bien, la connaisance du corps et sa capacité à se soigner lui-même en pratiquant un simple jeûne par exemple ou en buvant des décoctions, des infusions.

Aujourd’hui s’il nous arrive de ne pas manger nous sommes complètement affolés, “si tu ne manges pas tu ne te retaperas pas aussi vite !” … c’est faux ! Nous sommes dans l’erreur, nous avons perdu toute cette connaissance et tout instinct. 

En effet, le corps losqu’il n’a pas faim c’est parce qu’il a besoin de concentrer toute son énergie pour lutter contre le mal. La digestion elle-même demande une énergie incroyable à notre corps, qui, s’il est accaparé par celle-ci, n’a plus la force pour lutter contre la fièvre ou l’infection par exemple.

J’ai longtemps été dans ce schéma classique… jusqu’à ce que je commence à m’intéresser à autre chose.

La médecine ne trouvant toujours rien, malgré les douleurs toujours présentes et handicapantes de mon mari, nous avons perdu notre confiance en celle-ci et avons commencé à chercher une ou des alternative(s).

Plantes, homéopathiemédecine chinoise, accupuncture, effets secondaires des vaccins sur notre santé (car de nouveaux meaux étaient intervenus après l’injection d’un vaccin), diverses lectures et documentations…

Les maladies chroniques de plus en plus présentes dans notre société, nous ont fait réaliser que nous n’étions pas seuls dans ce combat. En effet, nous lisions de plus en plus de livres de témoignages de personnes tombées dans cette spirale infernale de désert médical

Puis ensuite la naissance d’internet nous a aidé à chercher plus loin encore. Mais toujours nous cherchions un médicament, un apport et qu’il soit naturel de préférence.

La consultation d’un chiropracteur a été un élément déclencheur, celui-ci nous a orienté vers un régime sans lactose et sans gluten, ce que nous avons appliqué. 

Et voyant les résultats plus que probants sur les douleurs, nous avons continué à chercher. Nous ne pouvions alors faire l’impasse sur la nourriture bio. En fréquentant les magasins biologiques c’est une mine d’or qui s’est ouverte à nous, nous y avons découvert une immense réserve d’informations et de conseils, nous avons fait notre propre cheminement. Nous avons alors pris conscience que la guérison ne viendrait pas seulement que d’une prise de médicament miracle, mais de notre modification alimentaire.

Mon mari a fait le parcours du combattant des malades fibromyalgiques et de tout ceux qui ont des maladies chroniques invisibles de l’extérieur. Parcours du combattant médical, mais aussi parcours du combattant social, et oui, une maladie qui ne se voit pas fait de vous un affabulateur… mais méfiance, ces attitudes, ne pourront durer, car le nombre de maladies chroniques augmentent en puissance grâce à notre mal-bouffe et notre environnement néfaste, beaucoup d’autres affabulateurs arrivent, ils sont même de plus en plus jeunes, c’est d’ailleurs la raison qui fait bouger un peu les lignes de conduite de la science. Je dis bien “un peu”.

bureau de docteur

Jusqu’à ce que la maladie auto-immune se dévoile par des symptômes visibles (plaques et boutons rouges purulents sur tout le corps atteignant même l’intérieur de la bouche, oedèmes des mains, des avant-bras, des pieds et des genoux, brulures internes multiples et douloureuses… à ce moment, l’envoi en médecine interne a été de mise et après des analyses ciblées des mots ont enfin été mis sur les maux !  Auto-immune.

Mais ce qui commençait à se voir à l’extérieur, se préparait depuis de nombreuses années et avait déjà commencé le processus de destruction d’organes vitaux, les reins pour lui.

Mais combien de temps aura-t-il fallu à la médecine pour le trouver ? Plus de 25 ans à vous faire passer pour un hypochondriaque ou un malade mental (disons-le clairement lorsque la science ne trouve pas elle vous envoie directement dans le domaine de la psychologie) c’est à ce point. 

Et qu’a eut la science à lui proposer pour la maladie auto-immune ? Un médicament qui lui a infligé des douleurs encore plus intenses, l’effet du médicament lui-même et/ou  les effets secondaires ?

Avez-vous remarqué quel est le thème commun avec les médicaments chimiques ? Les effets secondaires bien sur !

Même les médicaments les plus prescrits et populaires provoquent des effets secondaires. Ils vont aussi au-delà de notre propre corps lorsque nous sommes enceinte, c’est vers notre future progéniture qu’ils s’attaquent. 

Ils ont tellement d’impact négatif que cela va encore plus loin, ils s’attaquent au sol et à l’eau à cause de leur qualité non biodégradable (cf. des études sur la pilule par exemple ici)

Et si il existait des méthodes alternatives sans effets secondaires, sans polluer notre planète et qui pourraient guérir le cancer, le diabète, la maladie d’Alzheimer, la sclérose en plaques, l’autisme et toutes les maladies auto-immunes ?

Pour trouver des solutions de santé généralisées et sans effets secondaires  il faut identifier et démystifier les fausses hypothèses qui freinent les progrès dans le domaine de la santé. 

Il faut re-découvrir ce que nous disaient les docteurs de l’histoire,  les plantes, les fruits, les légumes. En effet, nous savons qu’avec l’AIP, pour prendre un exemple concret, c’est en partie par la nourriture que passe la guérison, mais pas que ! Des études nouvelles révèlent des progrès sur l’autisme grâce au microbiote, donc grâce à ce que nous mangeons. Nous découvrons enfin que notre intestin est directement lié à notre cerveau, mais cela, les anciens soigneurs le savaient déjà ! Pour preuves tous ces livres anciens décrivants les symptômes et les remèdes, il suffit de s’y intéresser un peu.

Les hypothèses et les raisons qui freinent le progrès

médecin

Il y a 5 hypothèses qui régissent les institutions scientifiques occidentales de nos jours : 

. le procédé et l’industrie sont indissociables

.c’est comme la mécanique on peut changer “une pièce” sans tout changer

. ce que l’on a découvert reste la seule et unique référence 

. les études scientifiques le prouvent

. on a déjà tout découvert

Autrement dit l’orgueil médical qui empêche de voir et de reconnaître qu’il peut y avoir d’autres moyens de guérir. Nous allons prendre à contre-pied ces hypothèses afin d’en faire nos raisons pour chercher une alternative.

En ce qui nous concerne, le parcours de guérison de mon mari conteste tout à fait ces hypothèses. Et je suis sûre qu’il en est de même pour beaucoup d’entre-vous qui souffrez.

D’abord l’approche pharmaceutique a échouée, nous avons dû nous tourner vers des alternatives, vers des modalités de guérison “non scientifiques” comme la médecine nutritionelle et énergétique. Ce qui nous a conduit vers une nouvelle façon de pouvoir se soigner et pourquoi pas à l’avenir pouvoir  soigner des personnes par l’alimentation et la médecine holistique

Si nous voulons avancer nous devons chercher au-delà des limites stagnantes de la science. 

Et si l’on y regarde de plus prêt, une simple plante, un simple fruit ou légume peut soigner, un exercice de respiration, une bouffée d’oxygène, un jeûne, une méditation, une prière. 

Mais cela ne coûte rien vous comprenez ? 

Raison n° 1 : le procédé et l'industrie sont indissociables

La science en tant que procédé fait référence à l’utilisation de la méthode scientifique pour examiner et comprendre le monde. 

Cette approche scientifique a permis de découvrir tout ce que nous savons aujourd’hui, de la terre ronde à l’ADN et encourage toujours le questionnement, c’est passionnant.

La science en tant qu’Industrie est souvent plus une religion qu’un régime d’analyse. Elle est alors liée aux intérêts financiers et politiques des grands laboratoires pharmaceutiques (il suffit de bien regarder ce qui nous arrive avec un virus grippal). Bien trop souvent l’industrie de la science établit la certitude, grâce à des données biaisées (nous tairons les noms ici), dans le but de modifier notre comportement à des fins lucratives

Et comme pour toute autre vision du monde fondamentaliste, l’industrie de la science se nourrit souvent de la foi aveugle des adeptes et engendre la condescendance pour toute autre vision du monde. N’est-ce pas ce que tout malade victime du parcours du combattant a vécu plusieurs fois : la condescendance, l’orgueil médical en fait (des personnes en meurent chaque jour).

De nombreux consommateurs pensent que  les institutions scientifiques sont des sources fiables et lorsqu’on leur demande pourquoi, ils répondent : “parce que c’est la science …”, ils ne cherchent pas plus loin, ne lisent pas les études, ne s’informent pas. Mais ces personnes confondent la science comme procédé et la science comme industrie.

médicaments

Raison n°2 : nous pouvons changer "une pièce" sans tout changer

corps

La médecine considère les membres du corps comme une variable indépendante, séparée du reste du corps et de notre environnement. C’est une idée archaïque qui s’appelle du “réductionnisme” et qui date du 17ème siècle, c’est un concept selon lequel le corps humain peut être comme une machine.

Un changement dans le corps entraîne toujours un changement dans l’ensemble du corps. De même que lorsque nos actions sont complètement en désaccord avec notre corps et notre biologie, à quoi peut-on s’attendre à part à des répercusions désastreuses ?

La médecine holistique prend l’ensemble du corps et son environnement en compte. Selon les approches de guérison des anciennes traditions de sagesse celles-ci prenaient à l’inverse,  “le tout pour guérir une partie”

Les guérisseurs traditionnels considéraient un symptôme comme un résultat d’influences communautaires, émotionnelles et spirituelles. 

Aujourd’hui nous savons par exemple dans le cas de la dépression, que c’est l’inflammation traitée par l’alimentation qui remporte un franc succès, avec des repas sains, une communauté renforcée, en passant du temps à prendre l’air et à respirer. Alors que la science traite au seul niveau de la sérotonine au niveau de notre cerveau, comment changer la situation dans son ensemble à ce moment-là et surtout sans les effets secondaires nombreux avec ces traitements.

Raison n° 3 : ce que l'on a découvert reste l'unique référence

Le monde est une symphonie et si nous isolons chacune des notes, comme le fait l’approche réductionniste de la médecine, nous perdons la musique.  

Nos sens, notre intuition sont des moyens valablent pour comprendre le monde et notre ressenti peut s’avéré encore plus précis que certains instruments scientifiques. 

Souvenez-vous de la dernière fois où vous avez écouté un morceau de musique ou regardé un paysage qui vous a transporté, peut-être avez-vous ressenti votre coeur gonglé et monté jusqu’à votre gorge, peut-être avez-vous eu les larmes aux yeux ou des frissons. Vous avez eu une expérience de vie qui a remplacé les explications analytiques des interactions des neurotransmetteurs, on ne peut ignorer ces références là. 

Cette intuition, ces dons ne sont pas pris en compte par la science, car la science se base sur ce qu’elle sait déjà, sur ce qu’elle a pu mesurer. Hors le don, l’intuition sont pourtant bien existants.

 

musique

Raison n° 4 : les études scientifiques le prouvent

recherches scientifiques

La science en tant que procédé et la science en tant qu’industrie supposent que l’on peut mener des études scientifiques. Mais est-ce que l’acte d’observateur peut changer ce que nous observons ?

Y-a-t-il une totale neutralité ou objectivité dans la conduite d’une expérience scientifique ?

La physique quantique indique qu’au niveau des plus petites parties de la réalité, tout ce qui existe sont des ondes d’énergie sans forme définie. L’acte d’observation transforme l’onde en une petite particule atomique avec laquelle nous pouvons percevoir et interagir.

Nous ne savons pas ce qu’est la physique quantique au niveau des objets, mais il est probable que notre observation de la réalité influence la réalité. Je vous embrouille là… si si… j’en suis sûre ! Je résume : et si la présence insistante de l’attente humaine influancait nos expériences scientifiques et même notre façon de voir le monde ?

Nous en avons des exemples au niveau scientifique. Notamment celle de l’effet placebo qui montrent que nos attentes modifient notre réponse biologique, rappelez-vous ce que j’ai cité plus haut sur les 50% de guérison en sortant de chez le médecin.

Une étude (ici) à double entrée et contrôlée avec placebo, publiée dans la plus grande revue scientifique dont la renommée à bien baissée ces derniers temps “The Lancet” montre que même les attentes de notre médecin influencent la façon dont un participant réagit à un médicament ou à un placebo.

Les études scientiques sont là pour le prouver non ? Mais comment savoir si telle ou telle étude n’est pas influencée par nos croyances, nos observations et nos attentes. Le résultat de ce que nous souhaitons découvrir.

Et là, je vous abandonne lâchement à votre sentiment de questionnement, mais où veut-elle en venir ? 

Justement je veux en venir à vous amener à la réflexion personnelle sur tout cela. Arrêtons d’acquiescer sans condition, tournons notre regard d’un quart de degré et voyons si autre chose peut convenir.

Raison n°5 : on a déjà tout découvert

Pensez-vous réellement que nous ayons tout découvert ? 

Pouvez-vous imaginer que des cultures très anciennes n’ont probablement pas vu la couleur bleue parce qu’elles n’avaient pas un mot pour la décrire. Les anciens textes Hindou, Chinois, Hébreu, Islandais ne font aucune mention de la couleur bleue. 

Nous manquons souvent de spectres entiers de la réalité qui se trouve juste devant notre nez.

Par exemple, nous ne savions même pas que les fréquences électromagétiques existaient et pouvaient être exploitées pour la communication, jusqu’au siècle dernier.

Il existe probablement encore d’innombrables choses dans le monde que nous ne percevons pas. Notre inconscient filtre différents aspects de la réalité, par exemple les énergies subtiles et les différentes formes de consciences sont généralement perçues dans les anciennes traditions soignantes, mais pas dans notre monde moderne.

Et afin de percevoir de nouvelles options de guérison, nous devons d’abord changer nos croyances.

terre et mer

Ma conclusion

En effet, nous devons changer nos croyances pour percevoir de nouvelles option de guérison. La science doit être moins orgueilleuse mais nous, êtres humains, nions l’évidence qui se trouve devant notre nez. 

Nous cherchons comme des aveugles un remède miracle alors que nous avons balayer d’un revers de main ce qui pourtant était une valeur sûre : notre alimentation.

La capacité à s’auto-diagnostiquer et à se soigner. La capacité même du corps à se guérir par lui-même.

Nous nions l’évidence même que nous pouvons guérir par la nourriture. C’est si simple ! En apportant les bons nutriments à notre corps, afin d’équilibrer ce qui est déséquilibré.

Les anciens savaient cela, nous ne le savons plus.

Nous découvrons avec des yeux d’homme de Cro-magnon qui découvre le feu, des siècles plus tard, alors que nous sommes capables d’aller sur la lune, d’envoyer une station sur la planète Mars, que nous jouons aux apprentis sorciers avec l’essence même de la nature humaine, nous nions que la nourriture peut nous guérir. Pauvre de nous ! Alors qui est orgueilleux dans l’histoire, la science ou l’être humain qui se contente de “manger” ce qu’on lui donne ?

Il est temps, grand temps chers lecteurs de changer nos fusils d’épaule et d’observer enfin ce qui a été bien fait dans le passé. 

Nous ne pouvons nier les grandes découvertes de notre monde, mais nous ne pouvons ignorer les sagesses d’hier, et encore moins voir l’évidence, des conséquences sur notre santé, qu’ont nos façons de vivre et de nous nourrir.

A bientôt chers lecteurs.

Isabelle

bien se nourrir

Sources : sciencesetavenir.fr – thelancet.com

4 commentaires

  • Noémie

    Super c’est exactement ce que je pensais, la médecine a ses limites n’attendons pas sur les domaines où nous pouvons agir agissons ! Merci Isabelle pour ce superbe article !

  • Marie-Chantal BENEDIK

    Bonjour Isabelle cela ne fait pas longtemps que je vous ai découverte, je souffre de Spondylarthrite Ankylosante, de fibromyalgie, de maladie d’Ashimoto, migraine (j’ai d’ailleurs un traitement de fond), sinusite à répétition (jai eu une opération d’une tumeur dans la narine à l’âge de 11 ans) , j’ai fait une embolie massive bilatérale avec phlébite profonde, j’ai rizarthrose surtout du pousse gauche et arthrose distale surtout à la main droite….je souffe en permanence…j’ai perdu depuis le confinement 8 kg mais mon ventre reste lui énorme ainsi que la partie estomac….j’ai demandé à mon généraliste des tests pour le gluten qu’elle ne veut pas que je fasse, j’ai aussi becs de perroquet avec rétrécissement des trous de conjugaison, une hernie ombilicale qui a été opérée mais c’est transformée en éventration opérée aussi récemment mais une grosseur est revenue je dois faire une écho bientôt, je perds la vue dans le sombre mais surtout la nuit ou dans le noir, je pense avoir une rétinite pigmentaire (quand j’étais petite l’hôpital où j’étais suivie à Paris l’a évoqué) avec tous mes soucis je ne travaille plus car je suis tout le temps très fatiguée, cela faisait des années que je disais à mon médecin que je me réveillais très fatiguée comme si je n’avais pas dormi et elle me disait que c’était de la dépression…en fait j’ai fait il y a un an un clostridium difficile et cela a entraîné pas mal d’examens car découvertes fortuites d’une vertèbre qui prenait le produit de contraste d’où biopsie de la vertèbre (sans anesthésie) j’ai souffert l’horreur…on m’a fait peur…on m’a dit cancer du sein….d’où mamagraphies et échographies…juste des kystes…pas de cancer….ouffff…mais du coup j’ai eu des tests aussi du sommeil et là….apnée du sommeil avec micro-réveils…je suis maintenant appareillée….je suis reconnue handicapée à 80% pour la spondy et la fibro….et c’est tout…je n’arrive pas a travailler, je voudrais reprendre une activité mais rien ne me convient vu tout mes soucis….et comme cela fait déjà 10 ans que je ne travaille plus…je n’ai pas assez de trimestres….je vis juste avec l’allocation adulte handicapée….désolée pour le long récit et voici ma question….comment avez vous fait pour passer les tests, être suivis et changer d’alimentation.????car je dois dire que j’ai essayé mais je suis découragée…d’une part parce que je suis très gourmande…et d’autres part parce que cela revient très cher et que les médecins naturopathes et nutritionniste ne sont pas remboursés….j’ai l’impressions d’être dans une impasse complète ( en plus j’ai mon fils de 20 ans à charge car il n’a pas de travail et n’a aucune ressource)…mon budget est vraiment réduis…je voudrais pouvoir retravailler pour m’en sortire financièrement mais comment faire???par où commencer????je suis complètement perdue????si vous avez des pistes ou simplement un organigramme à me proposer….car je suis fatiguée de tout…je vois bien que l’alimentation est déjà un point mais cela coûte tellement cher….je suis découragée et dans un cercle vicieux…travailler pour avoir les moyens de changer de médecine et d’alimentation (en étant épuisée) ou changer d’alimentation et de médecine pour pouvoir travailler (en forme)…je n’ai pas les moyens de faire l’un ou l’autre…comment avez-vous réussit???? merci je prends tous les conseils possibles

    • Isabelle

      Bonjour Marie-Chantal, tout d’abord merci pour votre témoignage (quel parcours du combattant !) je suis admirative. Toute expérience, quelle qu’elle soit, peut aider quelqu’un d’autre et votre témoignage est bienvenue. A long témoignage, longue réponse que voici.

      A un moment donné vous dites “l’alimentation est déjà un point…”, oui c’est un point, mais il est important, il est même primordial ! Dans un premier temps s’il y a bien une chose qu’il faut révolutionner c’est votre alimentation. Vous dites que vous êtes gourmande, mais je dois vous dire que moi-aussi j’étais une très grande gourmande et le fait de modifier mon alimentation et de faire des demi-jeûnes depuis 1 an, a complètement transformé ma conduite alimentaire ainsi que mon rapport à l’alimentation.

      Dans le protocole AIP le Dr Ballantyne nous dit bien qu’il faut allier à l’alimentation, un environnement propice et une gestion du stress, il faut donc prendre soin de vous, allez voir des tutos de respiration, de méditation consciente de yoga, sur YouT… c’est gratuit ! Mais il faut être sûr d’une chose c’est que la médecine n’est pas une réponse à tout et que la mauvaise alimentation est la cause de beaucoup de maux. Surtout depuis l’industrialisation, par exemple, savez-vous que le corps met 6 mois à évacuer le gluten ? Et voyez combien d’aliments contenant du gluten sont présents dans votre alimentation ? Il y a le gluten que l’on voit mais aussi celui qui est caché dans des tas de produits industrialisés, c’est pareil pour le lactose. Nous n’avons fait aucun test, ce résultat est le fruit de nos propres recherches et de notre volonté de nous en sortir sans attendre de réponse médicale, ils ne savent pas ces choses là, on ne leur apprend pas pendant leurs études et pourtant c’est un fondamental depuis la nuit des temps. Certe, les naturophates ne sont pas remboursés je conçois qu’il soit impossible d’en consulter dans votre situtation.

      Donc, voici ce que je vous conseille :
      Si vous avez un traitement je vous conseille de le continuer et de commencer un protocole alimentaire AIP en premier lieu, vous avez la liste alimentaire disponible dans l’article “AIP : fonctionnement du protocole et liste alimentaire”, ainsi que tous les articles AIP qui contiennent beaucoup d’informations pour commencer.
      Ne faites pas l’impasse sur l’activité physique quelle qu’elle soit (même une simple marche tous les jours) du moment que vous faites un peu d’exercice régulièrement en extérieur si possible c’est mieux afin d’oxygéner vos cellules (cela fait parti du protocole), vos cellules ont besoin de se regénérer !!

      Si vous suivez ce protocole à la lettre, d’ici un mois et demi à deux mois vous ressentirez d’ors et déjà une nette amélioration, mon mari en a fait l’expérience.
      Posez-vous la question à savoir si votre alimentation convient à votre état de santé. Vous connaissez déjà la réponse !
      Lorsque vous aurez entamé l’AIP, faites-vous suivre régulièrement par vos médecins traitants, le généraliste et les spécialistes qui vous voient régulièrement et qui vous font passer des examens, à ceux-là, vous ne leur parlez pas de votre protocole mais vous continuez à vous faire pratiquer des examens environ tous les 3 mois pour voir les résultats. Normalement, les médecins doivent vous donner des examens à faire à peu près dans cette mesure sans que vous ayez à le demander, au moins pour surveiller votre spondyarthrite. Suivez bien ce protocole (sans aucun craquages – je vous donne pour cela de bonnes petites recettes pour éviter les craquages) et n’hésitez surtout pas à faire un jeûne de à temps à autre, si vous en avez peur, commencez par un demi-jeûne (vous pouvez boire eau, thé, infusions), sautez le petit déjeuner puis le repas du midi. Car quand vous jeûnez, vos cellules se régénèrent et plus vous jeûnerez plus vous aurez des chances de vous réparer (de plus c’est une sacrée économie!😉).

      Je prépare bientôt un article sur le jeûne surveillez bien cela ainsi qu’un guide de démarrage pour suivre l’AIP cela vous facilitera les choses, il sera téléchargeable gratuitement. Ce qu’il faut faire c’est agir. L’AIP ce ne sont que des légumes, de la viande et des fruits, sélectionnez ceux de saison, les congelés ne sont pas chers (et déjà épluchés et coupés !) le bio c’est mieux mais si vous n’avez pas les moyens faites-le quand même sans bio ; les sardines à l’huile d’olive, les volailles, les foies de volaille et le foie ne sont vraiment pas chers, par contre il faut cuisiner c’est sûr, mais quelle joie de cuisiner pour votre santé ! Si vous êtes gourmande comme moi, misez sur l’apport en bonne graisse vous avez droit à l’huile d’olive, à l’huile de coco et à la graisse de canard. Regardez l’ensemble des recettes AIP et voyez comme elles sont gourmandes, d’autres viendront encore ! Le seule ingrédient qui coûte cher, je vous l’accorde, c’est la farine de manioc et celle de coco au pire faite l’impasse sur celles-ci et faites plutôt des recettes avec la banane et la banane plantain sautées à la pôele (et très peu chers), vous achèterez un paquet de farine de manioc pour vous faire un beau gâteau de Noël d’ici là vous aurez réintroduit le chocolat ! Avec l’AIP vous êtes tenue aux aliments mais pas à la quantité ! Il vous est très facile de mettre dans une cocotte, du poulet, des carottes, des navets, du poireaux, du cèleri avec un bouquet garni, vous ajoutez à cela de la patate douce ou du manioc (la racine est peu cher – on en trouve chez Grand Fr… et ça fait l’illusion de pomme de terre c’est génial). Les idées ne manquent pas et je vous l’assure le résultat est tellement incroyable. Pensez à tout cela et dites-moi si vous vous décidez, je serai ravie de le savoir et d’avoir de vos nouvelles. Courage et n’hésitez pas à m’écrire sur la boite mail de cuisinarcenciel si vous avez des questions ou des hésitations. A bientôt Marie-Chantal.😃😉

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.