calories
BIEN-ETRE

5 RAISONS DE SE LIBERER DU COMPTAGE DES CALORIES

Ne plus compter les calories : se libérer d'un stress pour son bien-être

Pour atteindre le bien-être dans son assiette, il faut repenser toutes les mauvaises habitudes que l’on nous a matraqué depuis des dizaines d’années et qui n’ont fait qu’une seule chose : rendre les gens addictes aux régimes, sans succès sur le long terme et de ce fait, névroser les personnes qui subissent échec sur échec.

Jeter tout à la poubelle, arrêter de vouloir maîtriser tout ce que vous absorbez en comptant chaque calorie, va vous libérer d’un stress. Et nous savons très bien l’effet qu’a le stress sur notre corps, je l’ai décrit ici dans l’article AIP Bilan phase 1 (mon témoignage). C’est essentiel pour votre bien-être mental comme physique. Je vous rassure c’est ce que j’ai fait moi aussi durant de nombreuses années, j’ai échoué, j’ai cherché et j’ai trouvé le secret de l’équilibre.

Nous allons passer en revue 5 raisons pour lesquelles vous devez vous libérer du comptage des calories dans votre vie. Concentrez-vous sur la teneur en nutriments des aliments que sur leurs calories. Certains sont très caloriques et pourtant sont très bons pour notre santé parce qu’ils sont très riches en bons nutriments, alors pourquoi nous en priver ? Apprendre à maîtriser ceci sera beaucoup plus bénéfique pour votre santé et vous obtiendrez, en plus, du résultat sur le long terme croyez-moi !

Mais avant tout, voyons de plus prêt la définition d’une calorie. Définition sur le dictionnaire Larousse

La calorie est une ancienne unité de mesure de la quantité de chaleur
équivalent à 4,185 joules.
Une calorie permet d'élever la température de 1g d'eau d'environ 1°C au voisinage de 15°C et à la pression atmosphérique normale.
Ancienne unité de mesure de la valeur énergétique des aliments.

L’utilisation du terme calorie vient de kilocalorie, qui est donc une mesure de la quantité d’énergie nécessaire pour augmenter la température de 1 Kg d’eau de 1°C. La calorie a été définie par un ingénieur physicien Français, Nicolas Clément, en 1824. Elle a été proposée et utilisée avant que James Prescott Joule établisse l’équivalence chaleur-travail en 1843. 

En diététique elle est utilisée comme une méthode simple et universelle pour mesurer le contenu énergétique des aliments. Puis les aliments transformés ont progressivement commencé à porter une étiquette avec leur contenu énergétique total. Sont ensuite venus se greffer leur mesure en graisse, glucide et protéine.

Les organismes de santé, du médicament et de l’alimentation internationaux ont imposé ces normes, mais les consommateurs se sont heurtés à une tromperie alimentaire alarmante. En effet, l’utilisation et l’obsession des calories alimentaires corrompt tout le concept d’une alimentation saine. 

Voici 5 raisons essentielles pour ne pas compter les calories …

1. Les calories déforment la concentration vers la quantité et non vers la qualité

Pour vous donner du concret, je vous renvoie vers mon article sur le sucre (ici), où vous pourrez comprendre que la teneur en nutriments varie selon que le sucre soit blanc (raffiné) ou qu’il soit brut (non raffiné) ou un sucrant comme le miel.

A titre d’exemple : 100g de sucre blanc vous apportera 400 calories (kCal), contre pour la même quantité 100g de sucre rapadura soit 383 calories et pour 100g de miel 356 calories.

Si l’on en reste à ce stade, en effet on constate qu’en terme de calorie le miel est mieux que les sucres.

Mais si l’on s’intéresse à ce que votre corps va puiser en terme de nutriments c’est une autre affaire… car celui-ci ne traite pas des calories, il traite des nutriments qui vont lui servire à fonctionner normalement.

Donc, ce qui est intéressant c’est que, dans la table des calories sont mis ensemble le “miel, le sirop d’érable ou similaires”, or, nous savons très bien que chacun de ces sucrants à équivalence calorique,  jouent un rôle très différent en terme de nutriments. A votre avis entre le miel et le sirop d’agave,  lequel votre organisme va le mieux traiter et lequel de ces deux là va être le plus riche en nutriments, donc plus bénéfique pour votre santé ? Là se trouve la limite du comptage des calories et la fausse information, car ces deux sucrants à calories égales ne vous apportent pas les mêmes nutriments, je remets ici le schéma comparant les nutriments du miel à ceux du sirop d’agave. Vous cernez mieux le problème dorénavant.

comparaison sucre sirop agave

2. Les calories simplifient à tort "une alimentation saine"

VRAI FAUX

Manger sain n’est pas facile lorsque l’industrie alimentaire force dans un sens et puis dans un autre afin de vous perdre pour vous faire consommer encore plus.

D’abord on vous dit que le beurre n’est pas bon qu’il est cancérigène et comme ça on vous vend tout un tas de margarines allégées ou non ou de graisses hyper trafiquées pleines de procédés chimiques. 

On vous dit que les glucides vous tuent et après qu’ils sont bons pour votre transit, on vous vend alors des barres de céréales, des pains au céréales, des céréales partout même dans les yaourts ! Les épinards aussi font concroverse doit-on les manger crus où sinon est-ce dangereux ?

On vous fait croire tout et son contraire et surtout que : peu de calories = bon et que beaucoup de calories = mauvais. 

Cette simplification est facile et pourtant dangereuse. Cet état d’esprit conduit à des troubles alimentaires, il détruit complètement le schéma d’une nourriture saine. Il conduit à des maladies, des infertilités, des dépressions. Il encourage la consommation de produits transformés au lieu d’aliments nourrissants et bons pour votre santé.

Après tout si l’on vous présente une boite de céréales qui prétend être riche en protéines, sans gras et seulement à 80 calories par portion ! Cela ne semble t-il pas plus sain que des oeufs cuits dans du beurre ? Peut-être, mais les allégations marketing astucieuses masquent le fait que les céréales transformées provoquent une inflammation. Ils vous cachent également que votre corps a besoin de bonnes graisses comme l’on trouve dans le beurre d’animaux nourris à l’herbe et les jaunes d’oeufs, et que la valeur nutritive de vos céréales ne vous offre rien de plus que la boîte qui les contient. Non. Votre corps a besoin d’une alimentation simple, mais pas faible en calories, c’est beaucoup trop réducteur.

3. Les calories vous empêchent d'avoir une vrai relation avec la nourriture

La conscience carolique met l’accent sur la quantité que vous absorbez et non sur la façon dont vous mangez. Compter les calories empêche d’avoir une relation harmonieuse avec les aliments. Au lieu d’accueillir la nourriture comme vivifiante pour votre corps, le comptage des calories produit une apréhension de la nourriture.

Plus important encore la conscience calorique noie la communication avec le corps. En effet, notre corps sait quoi, quand et comment manger, il sait ce dont il a besoin il suffit juste d’apprendre à l’écouter. 

Donnez à votre corps de bons et vrais nutriments et vous verrez qu’il vous remerciera, il saura, au fur et à mesure du temps, vous répondre et vous dire ce dont il a besoin. 

Le protocole AIP m’a beaucoup aidé pour cela, moins 16 kg en 6 mois et une stabilisation jamais égalée de toute ma vie. Les bons nutriments me régulent, j’ai appris à écouter mon corps et j’ai aussi compris que s’il n’a pas faim je ne mange pas, s’il arrive à sasiété j’arrête de manger, je l’écoute, nous sommes maintenant amis. C’est un échange, je lui fais du bien, il me fait du bien. Mon rapport à la nourriture a complètement changé et je continue d’y travailler chaque jour.

Une pratique courante consiste à déterminer les calories quotidiennes idéales ou même les calories brulées pendant l’exercice. Malheureusement cela créé une relation mécanique et stressante avec la nourriture.

BONS NUTRIMENTS

Le comptage des calories ne prend pas non plus en compte, les sensibilités alimentaires, les carences en nutriments, l’inflammation, les problèmes auto-immunes, surrénaliens, hormonaux, tyroïdiens ou même le type de corps, or, toutes ces choses sont importantes pour atteindre le poids idéal.

La perte de poids commence en apportant à votre corps une densité nutritionnelle, des aliments bruts cuisinés maison et aussi en mangeant consciemment. Bien mâcher et avoir de la gratitude pour chaque bouchée que vous portez à votre bouche. Si vous souhaitez perdre du poids oubliez les calories concentrez-vous sur la qualité des nutriments que vous ingérez.

4. Les calories favorisent le stress pas la satiété

montre

Comme mentionné plus haut, compter les calories établi une relation basée sur le stress. Et le stress en mangeant interrompt tout le processus digestif.

Un article de 2010 dans Psychosomatic Medecine  (Kiecolt-Glaser, Janice. Stress, Food and Inflammation: Psychoneuroimmunology and Nutrition at the Cutting Edge ) explique comment le stress affecte le nerf vague, un élément clé du processus de digestion : “Parce que le nerf vague innerve les tissus impliqués dans la digestion, l’absorption et le métabolisme des nutriments, y compris l’estomac, le pancréas et le foie, l’activation vagale influence directement et profondément les réponses métaboliques aux alimentsLa dépression et le stress ont tous deux des effets négatifs, bien documentés, sur le vagal, l’activation indexée par la variabilité de la fréquence cardiaque”

5. Les calories ne sont pas égales

Nous pourrions reprendre ce qui est cité plus haut avec l’exemple des sucrants comme le miel et le sirop d’agave.

Je vous cite un autre exemple, 100 calories d’huile de coco fournissent une énergie à combustion rapide facilement utilisée par le corps et non stockée sous forme de graisse. Les acides gras de l’huile de coco stimulent le métabolisme et ses composants, comme l’acide laurique, combattent la prolifération de candida, l’huile de coco est de plus, extrêmement rassasiante.

Si l’on compare ceci à 100 calories d’un milkshake au lait de soja on notera que le soja transformé et non fermenté empêche une digestion adequate des protéines. Non seulement, nous ne pouvons pas digérer les nutriments que contient cet aliment, mais en plus, celui-ci entraîne de graves problèmes de santé. Les phytoestrogènes qu’il contient perturbent les hormones, les goitrogènes altèrent la fonction thyroïdienne, ses propriétés ralentissent le métabolisme. Souvenez-vous en, ne consommer le soja que s’il n’est pas transformé ou seulement s’il est fermenté, en tous cas modérez-en votre consommation.

Nous voyons bien qu’à part égale de nombre de calories leurs effets nutritifs sont divergents.   

En conclusion

Si l'on ne compte pas les calories, alors comment perdre du poids ?

L’équation : “perte de poids = calories entrées – calories sorties” est ancrée dans notre psychisme. Il faut sortir de ce schéma de pensée qu’une perte de poids peut seule s’établir sur la loi de la thermodynamique. Cette loi est correcte en théorie mais pas en réalité. Parce que nous ne sommes pas des machines et parce que toutes les calories ne sont pas égales nous venons de le démontrer. 

Une étude a été publiée sur le très sérieux site Mosaicscience.com (je vous conseille de le lire) qui explique pourquoi le comptage de calorie n’est pas efficace dans une perte de poids. Aux Etats-Unis l’idée émerge lentement depuis 2013 mais en France elle peine à s’intstaller. Et pourtant les preuves sont là. 

Une autre étude a été menée et rapportée par l’auteur Jonathan Baylor dans son livre “The Calorie Myth”, sur 49000 femmes pendant huit ans on a opposé un groupe de femmes mangeant 1200 calories par jour à un autre groupe de femmes consommant 350 à 400 calories en plus par jour, le résultat est pour le moins édifiant, la différence de perte de poids entre les deux groupes de femmes au bout de 8 ans est seulement de : 0,399 Kg.

C’est parce la qualité de la nourriture joue un rôle plus important dans la gestion du poids que les calories. Comme Jonathan Baylor l’explique dans son livre, pour perdre du poids nous devons reconsidérer notre point de vue de consigne de perte de poids en augmantant notre métabolisme : “nous pouvons consommer la même quantité de calories d’huile de coco qui stimule notre métabolisme ou d’huile de soja détruisant la thyroïde. L’un aidera à équilibrer les hormones, à détoxifier le corps, l’autre signalera au corps de réguler à la baisse le métabolisme. Les calories ne sont pas créées égales”.

Les calories ne comptent pas mais votre état d'esprit oui !

bien se nourrir

L’état d’esprit joue un rôle important dans une perte de poids, changez le vôtre et courrez à la recherche des vrais aliments sains, de la vraie nourriture non étiquetée en calories, banissez tout produit industriel au maximum.

Ceci veut dire consommer plus de produits frais, aller au marché, à la ferme, dans une AMAP. Les oeufs de poules élevées en plein air, les légumes et les fruits frais de saison, les graisses comme le beurre d’animaux nourris à l’herbe, le gee, le saindoux, l’huile d’olive et de coco, le lard son meilleurs pour vous que tous les autres.

Si vous habitez à la mer partez à la pêche aux  fruits de mer sauvages.

Consommez le miel local, la viande de votre éleveur le plus proche. Ce sont des aliments dont vous pouvez oublier les calories, vous pouvez les consommer sans compter, sans frustrations en positivant votre état d’esprit car vous savez qu’ils sont bons pour votre santé et les kilos vont s’envoler d’eux-mêmes !

C’est cela qu’il faut réformer si vous souhaitez perdre du poids et/ou retrouver la santé !

La vraie nourriture est un don, elle est rassasiante et gratifiante pour notre corps.

A bientôt chers lecteurs !

Isabelle

Sources : larousse.fr – Wikipedia.org – tabledescalories.com – pubmed.ncbi.nlm.nih.gov – mosaicscience.com/story/why-calorie-broken – ciqual.anses.fr – The calories myth de Jonathan Bailor

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.