PLATS,  RECETTES SALEES

POMME DE TERRE DOUCE DUO POMMES & POULET

Pomme de terre douce je t'aime !

Je me demande souvent pourquoi nous ne consommons pas assez de pomme de terre douce en France ?  

En effet, celle-ci a des propriétés dont nous ne devrions pas nous priver. C’est encore un excellent aliment pour booster l’immunité que je vais vous présenter ici. Vous n’allez pas en revenir !

Un peu d’histoire s’imposera. Nous verrons ensuite les différentes façons de l’utiliser en cuisine.

Puis, je vous offrirai une de mes créations culinaires : Pomme de terre douce duo pommes & poulet.

Vous êtes prêts chers lecteurs ? Je vous emmène d’abord dans les secrets de la pomme de terre douce

La pomme de terre douce est formidable ! Selon la variété elle a une chair orange ou blanche, ce sont, en tous cas, ces deux-là que l’on trouve le plus communément en France.

Ce Convolvulacé, originaire d’Amérique du Sud, offre des propriétés incroyables, c’est bien pour cela qu’elle est autorisée dans le cadre d’un AIP (Auto-Immune Protocole) ! Alors que la pomme de terre ne l’est pas.

Elle contient 50 % de fibres de plus que la pomme de terre classique et, malgré son goût sucré, a une charge glycémique très faible. Elle est idéale pour la diminution du taux de cholestérol et la gestion de la glycémie donc, pour les personnes atteintes de diabète.

La pomme de terre douce a un pouvoir anti-oxydant élevé grâce à ses substances colorantes. Les anthocyanes, puissants anti-oxydants, qu’elle contient, diminuent les risques de cancer et améliorent les fonctions du foie.

Elle contient des vitamines A, B6, B9 et C, du cuivre et du manganèse.

Elle est peu calorique grâce à sa faible teneur en protéines et en lipides soit pour 100 g de pomme de terre douce : 1,69 g de protéines et 0,15 g de lipides. Ce qui convient  très bien aux personnes qui veulent perdre du poids.

Grâce à ses anti-oxydants, elle occasionne une stimulation de la réponse immunitaire et un ralentissement de la détérioration des fonctions cognitives.

Elle est excellente également pour la prévention des maladies cardio-vasculaires. Grâce à ses composés phénoliques et ses anthocyanes elle prévient et diminue l’oxydation du “mauvais” cholestérol (LDL) responsable des maladies cardio-vasculaires.

Vous rendez-vous compte de ce trésor d’aliment que nous avons là ? Je n’ai qu’un conseil à vous donner : consommez de la pomme de terre douce c’est un alicament de rêve ! Vous la combinez avec de l’huile de coco possédant, elle aussi, d’inombrables bienfaits pour la santé, voir l’article SALADE COMPOSEE & HUILE DE COCO et vous avez tout gagné !

Un peu d'histoire...

La pomme de terre douce nous vient d’Amérique du sud. Les plus anciens tubercules archéologiques ont été trouvés au Pérou, ils seraient datés de 6000 à 8000 avant J-C. Des anciens tubercules cultivés ont également été trouvés dans une autre région du Pérou et datent d’environ 2000 avant J-C.

Il semblerait, d’après des études linguistiques et génétiques, que la circulation de la pomme de terre douce dans le monde ait eut trois canaux de diffusion.

Le canal Kumara, terme Polynésien. La patate douce aurait donc voyagé de l’Amérique du sud vers la Polynésie à l’époque pré-colombienne, entre 1000 et 1100 avant J-C, par l’intermédiaire de voyageurs Polynésiens se rendant au Pérou. Le périple s’étendera jusqu’à Hawaï, l’Ile de Pâques et la Nouvelle-Zélande.

Le canal Batata, terme espagnol emprunté de la langue d’un peuple indigène des Caraïbes. C’est avec le premier voyage de Christophe Colomb en 1492, que la pomme de terre douce arrive enfin en Europe occidentale. Ce sont des explorateurs Portugais qui l’importent en Méditérannée, d’où elle poursuivra sa route jusqu’en Afrique, en Inde et aux Antilles.

Et enfin le canal Kamote, terme emprunté de la langue des Mayas, qui a bénéficié au XVIe siècle d’un transfert direct du Mexique vers les Philippines. C’est de là que la culture s’étendra à la Chine en 1594 et au Japon en 1605.

En France sa culture commence en 1750 par les jardiniers du roi Louis XV qui appréciait ce tubercule. Elle redevient à la mode en 1796 grâce à Joséphine de Beauharnais (première épouse de l’empereur Napoléon 1er) qui la fait cultiver dans les jardins de Malmaison.

De nos jours elle revient en force, grâce à ses propriétés nutritives très intéressantes. On trouve les premiers producteurs Français de patates douces à partir de 2011, c’est tout à fait nouveau, alors que nous en importons encore 10 000 tonnes par an des Etats-Unis et d’Israël.

Sources : passeportsante.net – Wikipedia.org – panierdeschamps.com

Comment cuisiner la pomme de terre douce ?

cornet de frites

La pomme de terre douce se cuisine très facilement. Si elle est bio vous pouvez aussi consommer la peau. 

Elle se cuisine exactement comme la pomme de terre avec un temps de cuisson un peu moins long. Cuite à l’eau ou à la vapeur, au four, en friture, sautée, en pôelée. Vous pouvez l’ajouter à  un potage à la place de la pomme de terre classique elle fera très bien l’affaire. En purée soit mélangée à un autre légume ou toute seule, elle est excellente en hachi parmentier

En gratin elle se prête merveilleusement au jeu et pourquoi pas un gratin dauphinois version pomme de terre douce ? Il paraît même que l’on peut la consommer crue râpée afin de profiter pleinement de ces propriétés. Je n’ai encore jamais testé cette version mais je pense essayer. Et maintenant, passons à la recette…

Pomme de terre douce duo pommes & poulet

Les ingrédients pour 4 personnes :

  • 2 ou 3 patates douces (dépend de la grosseur de vos patates)
  • 1 filet de poulet par personne
  • 3 pommes (fruit)
  • 1 oignon
  • huile d’olive
  • 200 ml de crème de soja
  • Sel & poivre
  • Thym une bonne pincée
  • Persil frais

La recette :

Très facile à faire, servie avec de la salade cette recette est originale et rassasiante.

1.Pelez, lavez et coupez les pommes de terre douces en gros cubes. Plongez-les dans une eau bouillante et faites-les cuire pendant 8 mn. Egouttez-les.

2.Epluchez et détaillez les pommes en gros morceaux. Emincez les oignons en fines lamelles. Coupez les filets de poulets également en cubes.

3.Dans une sauteuse mettre de l’huile d’olive, y faire revenir les patates douces 5 m à feu moyen. Puis ajoutez les oignons, les pommes et le poulet. Mélangez. Salez, poivrez, ajoutez le thym, mélangez à nouveau et laissez mijoter le tout 15mn à feu moyen.

4.Ajoutez la crème de soja 3 mn avant la fin de la cuisson. Rectifiez l’assaisonnement si besoin.

5.Servez à l’assiette et parsemez de persil frais.

Préciser que cette recette est sans gluten

Sans gluten et sans lactose évidemment ! 

A très  bientôt !

Isabelle

4 commentaires

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.