AIP
AIP AUTO IMMUNE,  TOUT SUR LE PROTOCOLE AIP

AIP : BILAN PHASE 2

Phase de réintroduction : bilan et explication

Il est temps de vous faire un bilan intermédiaire du protocole Auto-Immune chers lecteurs. 

En effet nous avons entamé la phase 2 dite “phase de réintroduction“. A savoir, nous réintroduisons les aliments écartés durant la phase 1 : “phase d’élimination“.

Je peux vous dire que c’est une période assez éprouvante pour le corps, surtout lorsque l’on ingère un aliment qui ne convient pas. En ce qui me concerne, je ne suis pas auto-immune mais pour mon mari c’est une autre affaire…

Je vais d’abord vous exposer notre rapide bilan avec notamment le témoignage de mon mari, puis ensuite je vous expliquerai en quoi consiste la phase de réintroduction.

Bilan intermédiaire phase de réintroduction

Pour ceux qui n’auraient pas lu le 1er bilan AIP, je vous invite à le relire ici, vous aurez ainsi un aperçu de nos pathologies et nos témoignages sur le protocole AIP.

Si j’avais un adjectif pour qualifier cette période de réintroduction celui-ci serait : “sportif“. Car c’est une épreuve pour le corps chers lecteurs !

C’est pour cela qu’il faut y aller doucement, comme je vous l’explique plus bas dans la rubrique “quand commencer la phase de réintroduction”.

Sportif surtout pour mon mari, car c’est  lui qui est atteint de la maladie auto-immune.

Pour ma part, c’est un bilan positif, avec une perte de poids constante, moins impresionnante qu’au départ, ce qui me semble normal, j’affiche – 16 kg à ce jour et cela continue. Je me sens beaucoup mieux, plus énergique et surtout je peux maintenant percevoir petit à petit les aliments qui ne me conviennent pas ce qui n’est que meilleurs pour ma santé et mon bien-être.

Aliments réintégrés et nos réactions

panneau danger

Nous avons réintégré les aliments en fonction des 4 phases recommandées dans le protocole (voir plus bas), ensuite nous avons choisi ceux que nous consommons plus régulièrement. Nous avons donc choisi le jaune d’oeuf, le chocolat noir, le blanc d’oeuf, le vin rouge, les cacahuètes non salées, les amandes, les haricots verts et l’huile de colza. Dernièrement nous avons tenté les pommes de terre pelées.

J’ai pu repérer pour ma part deux aliments qui ont provoqué des réactions sur moi qui sont : le vin rouge (moi qui adore ça !) et l’huile de colza. 

Pour mon mari atteint d’une maladie auto-immune plusieurs aliments ont provoqués des réactions : l’huile de colza en fait partie, le vin rouge également et pourtant nous avions pris un vin rouge bio sans sulfites. Les haricots verts lui ont provoqués une réaction particulièrement virulante et immédiate, nous n’avons donc par pousuivi et cesser la réintroduction de cet aliment et de ce fait tous les aliments de la même famille (pois, petit pois, haricots). Puis, nous avons fait une pause avant de réintroduire un nouvel aliment, comme le conseille le Dr Sarah Ballantyne, je vous décrit plus loin pourquoi. 

Témoignage de mon mari et évènement à venir

C’est en toute sincérité que je vous livre mon témoignage et j’espère que celui-ci servira à d’autres. Je souhaiterais démontrer que par une alimentation adaptée, l’activité physique et la foi, un individu atteint d’une maladie auto-immune peut la faire reculer sans l’aide d’une médication allopathique.

J’en fais l’expérience depuis que j’ai entamé un processus de défense liant le protocole alimentaire drastique qu’est l’AIP et une activité physique.

Comme tout un chacun, l’oxygénation des cellules a une grande importance dans le processus de défense et pour combattre le stress.

Dans une maladie auto-immune, c’est un point essentiel qui permet d’activer un phénomène anti-inflammatoire.

Malheureusement, avec le confinement soumis, la restriction des sorties n’a pu contribuer à l’amélioration de mon état mental lié aux angoisses, d’autant que j’avais commencé ce protocole alimentaire peu avant que le confinement ne devienne obligatoire.

Homme allongé qui souffre

Cela engendrait donc une angoisse supplémentaire au vide dans lequel je me trouvais face à un protocole dont je n’avais pas notion des résultats.

Un point d’interrogation qui demande beaucoup de conviction. Et même s’il m’était accordé de courir à certaines heures, avec l’attestation adéquate, c’est en allant marcher en forêt, après les semaines de confinement, que j’ai encore pu me convaincre des bienfaits d’une activité physique sur le Purpura Rhumatoïde dont je souffre. Toutes les maladies auto-immunes et la majorité des pathologies sont bien entendu concernées par cet aspect.

Mon but est de parcourir de nombreux kilomètres en bicyclette, au travers de plusieurs pays, pour témoigner de la faculté qu’a le corps a se “reconstituer” quand nous, les héritiers de cette fabuleuse machine, pensons à la bousculer un peu par une activité physique régulière et une alimentation choisie

Je suis mon propre témoin de la régression de ma maladie qui n’est due qu’à la discipline que j’ai tenu jusqu’ici, cinq mois durant, à éliminer les aliments néfastes pour mon organisme et à pratiquer un sport, souvent douloureux du fait des crises permanentes causées par le Purpura Rhumatoïde. Mais l’homme a des réserves qu’il n’exploite pas par crainte du pire, juste parce que la société d’aujourd’hui et les médecins de la médecine conventionnelle nous renvoient à ces craintes et les entretiennent par une médication délétère.

bureau de docteur

Si mes résultats sanguins et urinaires ont montré une très nette amélioration de mon état de santé, il s’avère que ce n’est que par ma force de conviction et la discipline pour suivre ce processus auquel je me suis tenu et me tient encore aujourd’hui que cette franche amélioration de mon système et de mes organes s’est produite, car, justement, et ceci ne tient qu’à moi, en arrêtant tout traitement allopathique contre le Purpura, la dépression et la Fibromyalgie qui s’est déclenchée il y a 10 ans, j’ai également arrêté ce suicide programmé. Alors oui, c’est vrai, il faut du courage, mais il faut aussi être attentif à ce que le corps nous réclame.

Mon expédition est en pleine planification. Il ne me reste que des détails à régler. Le chômage persistant, causé en premier lieu par ma situation d’handicap liée à la Fibromyalgie, ne m’avantage guère financièrement. Et même si je m’investis énormément dans des activités extra-professionnelles (je suis auteur/compositeur et chanteur/musicien), je n’en suis hélas pas rémunéré… L’Etat quant à lui ne m’octroie aucune aide…

C’est pourquoi je sollicite un soutien financié par une campagne de dons pour la démarche que je souhaite concrétiser afin de témoigner de la faculté du corps humain à faire régresser les maladies auto-immune (si ce n’était que celles-ci) par le biais d’une activité physique et régulière et une alimentation adaptée, en jalonnant les innombrables pistes cyclables sur un territoire Européen que je suis en train de définir, avec l’aide de mon fils, partisan du projet et aide précieuse dans cette aventure.

Une vidéo sera régulièrement mise en ligne sur You Tube, tout au long de ce périple, par l’intermédiaire de notre chaîne qui reste à peaufiner

Au travers de mon témoignage je vous délivrerai également les bons plans de mes escales dans des lieux monastiques, des gîtes et des campings, le temps d’une pause avant de repartir sur les chemins de l’espoir pour tous les malades atteints de cette pathologie. Un fléau en évolution constante. 

Ce n’est pas une ballade de plaisance et je m’engage à ce que mes efforts portent leurs fruits, en toute humilité et en gardant en tête les aléas indépendants de ma volonté qui pourraient se produire durant le déroulement des opérations.

En venant à mon aide, vous intervenez aussi en la faveur de tous ceux qui souhaitent une alternative à la fatalité qui les touches. 

vélo

Pour conclure

Chers lecteurs, nous pouvons constater une bonne amélioration générale, la maladie recule c’est une bonne nouvelle, nous en sommes tous témoins. Ce protocole AIP fonctionne, il nous reste juste à lever le stress et l’angoisse, le besoin d’un changement de contexte de vie qui sont aussi des facteurs essentiels à la guérison d’une maladie auto-immune. Nous comptons à l’aide de ce projet témoigner de cela. Nous vous ferons d’autres bilans régulièrement pour vous tenir informés de l’évolution de cette guérison.

Homme libéré

Après ce témoignage fort, je ne peux que vous encourager à participer et/ou à partager , ou les deux c’est encore mieux, à ce projet que je soutiens bien évidemment. 

Pour ceux qui le désirent, je vous laisse le lien de la campagne de dons “GUERIR PAR LE SPORT” (cliquez sur le coeur jaune) que j’ai mise en place sur GoFundMe qui est une plateforme qui respecte le RGPD et qui est sécurisée. Merci à ceux et celles qui voudront y participer pour que ce projet se réalise et que vous pourrez suivre sur la chaine Youtube créée pour cette occasion et dont je vous transmettrai le nom dès qu’elle sera mise en place.

Sans plus attendre passons à la description de la phase de réintroduction…

GUERIR PAR LE SPORT

Donner l'espoir aux personnes atteintes de maladies auto-immunes qu'une guérison totale est possible par une alimentation maîtrisée et une activité physique.

Phase de réintroduction du protocole auto-immune

A quoi sert la phase de réintroduction

Ce qu’il y a de bien avec une phase d’élimination, c’est qu’il  a une phase de réintroduction et oui, chers lecteurs, ce n’est pas une condamnation à perpétuité ! Sauf… pour les aliments qui vous font du mal. Vous serez fixés sur leur sort très rapidement.

Dès que vous vous sentez prêt, vous pouvez commencer cette phase de réintroduction.

Certains aliments éliminés comme les oeufs, les noix, les graines, le chocolat et les produits laitiers sont des aliments à forte densité et peuvent contribuer à un plus large éventail dans votre alimentation quotidienne. Vous offrant ainsi un peu plus de flexibilité pour vos repas quotidiens, partagés entre amis, en famille, les restaurants ou les repas professionnels. Cela vous facilitera la vie.

Table picnic

Vous allez donc réintroduire les aliments jusqu’ici éliminés, en respectant un protocole bien précis et un ordre recommandé.

Si la réintroduction d’un aliment se passe bien vous allez pouvoir le reconsommer régulièrement. Par contre, si celle-ci se passe mal et bien c’est une excellente nouvelle car vous comprendrez mieux les aliments déclencheurs de votre maladie et les lignes que vous ne pouvez pas franchir.

Rappelez-vous que l’AIP est une boite à outil pour la guérison. Si un aliment ne passe pas et que vous avez une très mauvaise réaction revenez immédiatement au 100% AIP, dormez, faites des activités à faible effort, réhydratez-vous jusqu’à ce que vous vous sentiez mieux.

Et ceci que ce soit dans la phase de réintroduction ou plus tard dans la vie de tous les jours. Vous aurez cette faculté de savoir ce qui vous répare, vous possédez les outils.

Quand commencer la phase de réintroduction ?

Chocolat

Le principe idéal serait de commencer la réintroduction dès que vous vous sentez mieux. Mais après la phase d’élimination vous allez vous sentir de mieux en mieux et pouvez attaquer une phase de réintroduction après avoir suivi l’AIP en moyenne pendant 3 à 4 mois

Ne réintroduisez un aliments que tous les 5 à 7 jours, c’est pourquoi la phase de réintroduction va durer longtemps. Pendant ces 5 à 7 jours vous allez surveiller les réactions de votre corps face à l’aliment réintroduit.

En fait, vous pourriez dès que vous vous sentez mieux réintroduire les aliments de votre choix, mais ne vous laissez pas guider par votre gourmandise, cette réintroduction doit être basée sur votre bien être et sur l’amélioration de votre maladie.

Il vaut mieux ne pas être trop pressé de faire une réintroduction et la faire dans les meilleures conditions qu’il soit, ne le faites pas si vous avez fournit un entraînement sportif plus intense que d’habitude, si vous êtes anormalement stressé ou si vous dormez moins bien que d’habitude. 

Si vous avez du mal à déterminer quel aliment à causé telle réaction parce que vous avez une poussée de douleurs ou autre, attendez plus longtemps entre les réintroductions, 1 semaine ou 2 de plus. Ne stressez pas trop votre corps si cela est éprouvant.

Une réintroduction râtée avec un aliment ne veut pas dire que vous ne pourrez plus manger de cet aliment. Retentez l’expérience bien plus tard et voyez ce que cela donne. Si le problème est récurrent c’est que l’aliment en question ne vous convient vraiment pas quelque soit votre amour pour lui.

Quels aliments réintroduire ?

Le Docteur Sarah Ballantyne a suggéré 4 stades de réintroduction d’aliments. Cet ordre établi a été étudié en fonction des probabilités de réactions de certains aliments par rapport à d’autres, testé et approuvé scientifiquement.

La première étape contient les aliments les plus susceptibles d’être bien tolérés et plus denses en nutriments.

La deuxième étape contient des aliments moins susceptibles d’être bien tolérés et moins dense en nutriments, c’est l’inverse.

La troisième étape contient toujours des aliments peu et encore moins tolérés avec une nutrition satisfaisante.

Et enfin, la quatrième contient les aliments les plus réactifs à l’intolérance

Dans un prochain article je vous détaillerai la procédure de réintroduction ainsi que les symptômes à surveiller

Je suis en train de concevoir un guide pour commencer l’AIP facilement, pour ceux et celles d’entre-vous qui voudraient tenter l’aventure chers lecteurs !

Je vous rappelle que dans l’article “AIP : fonctionnement du protocole et liste alimentaire”, vous pouvez télécharger la liste alimentaire gratuitement.

N’oubliez pas de participer à la campagne de dons pour le projet GUERIR PAR LE SPORT et de partager, je vous en remercie.

A bientôt !

Isabelle

(Aucune information ici ne doit être interprétée comme un avis médical. Vous devez toujours consulter un médecin qualifié).

Sources : thepaleomom.com du Dr Sarah Ballantyne

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.